Dans un contexte mondial de demande croissante en ressources minérales de plus en plus diversifiées, l’industrie minérale soulève des enjeux cruciaux pour les sociétés contemporaines. Ces enjeux sont notamment amplifiés par des tensions géopolitiques, des besoins nouveaux liés à la transition énergétique et numérique, des incertitudes liées aux évaluations économiques et des attentes de la société civile qui souhaite être associée aux processus de prise de décision concernant l’exploitation des ressources du sous-sol. 
 
C’est dans ce con
texte que la Chaire Industrie Minérale et Territoires a été créée en janvier 2020. (Télécharger la brochure de la chaire ci-contre


Ci-contre une vidéo de présentation de la Chaire Industrie minérale & Territoire
Ils parlent de la Chaire ....
Georges Calas, Professeur, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI - Membre du Comité d'ethique de la Chaire
« Domaine vaste et pluri-disciplinaire, les ressources minérales restent méconnues car occultées par les produits manufacturés qu'elles permettent d'élaborer. Elles sont souvent ressenties de façon négative, lorsque surviennent des crises économiques ou environnementales ou des tensions entre pays et/ou communautés. La prise de conscience croissante de leur importance dans l'évolution de nos sociétés est liée au rôle des métaux critiques dans la transition énergétique et les problèmes d'approvisionnement qui en découlent. Enfin, les impacts environnementaux ont un retentissement croissant. 
La durabilité de l’activité minière s’appuiera sur la découverte de nouvelles ressources, grâce aux progrès dans les méthodes d’exploration minière et de traitement des minerais. La maîtrise des impacts et des contaminations des milieux par les métaux lourds, la réhabilitation des sites après exploitation, les impacts des activités minières dans des environnements fragiles comme les zones arctiques, les incidences en termes humains, économiques et sociétaux, le rôle du recyclage pour économiser la ressource minière et développer les “matières premières secondaires”, sont autant de sujets de réflexion dans un contexte de développement durable.»
 
 

Juliette Cerceau, Enseignante-chercheuse à l’IMT Mines Alès
« Les transitions, qu’elles soient énergétiques, numériques ou territoriales, passeront par une mobilisation interprofessionnelle autour de l’optimisation de la gestion de flux stratégiques à des échelles variées. Parmi ces flux, la gestion des ressources minérales, qui irriguent et interconnectent de nombreuses filières industrielles, jouera un rôle capital pour accompagner ces transitions. La Chaire « Industrie Minérale et territoires » ouvre un espace de dialogue entre la recherche, le monde industriel et les territoires qui est indispensable pour aborder ces enjeux de transition de manière décloisonnée et transdisciplinaire. Par espace de dialogue, j’entends la création et l’animation de dispositifs de transferts de connaissances réciproques entre recherche et société. Cet espace de dialogue donne, selon moi, une occasion d’étudier, d’expérimenter et de mettre en débat les perspectives d’un changement de paradigme de la gestion des ressources minérales, basé sur une intégration des ressources minérales secondaires au sein des filières industrielles existantes, une relocalisation des modes de gouvernance du sous-sol et une mise en capacité des différentes parties prenantes locales à se saisir, ou non, de ces ressources comme richesses territoriales, en cohérence avec leurs projets de territoire ».
Pierre-Yves Le MEUR, Anthropologue, Directeur de Recherche à l’Institut de Recherche et Développement, Membre du Comité d'éthique
L’activité minière est affaire de minerais, pas de doute, mais aussi de machines, d’ouvriers, de capitaux, d’espace, de sol et de sous-sol. Elle a aussi partie liée, pour la meilleur et pour le pire, avec l’environnement, et s’insère dans des discours et controverses sur l’appartenance, la citoyenneté et la souveraineté. Mes expériences calédoniennes d’anthropologue happé par cet objet aux facettes multiples m’ont peu à peu conforté dans l’idée que l’interdisciplinarité était la clé pour une bonne compréhension des enjeux miniers. Le dialogue entre scientifique de toutes disciplines nécessaire, productif, mais il a besoin de temps pour se mettre en place. On l’a bien vu en Nouvelle-Calédonie avec la création du CNRT Nickel et son environnement en 2008. Il a fallu attendre une seconde phase de programmation scientifique pour voir apparaître les premiers appels à projet explicitement interdisciplinaires, combinant sciences de la nature et de la société, sur la question des impacts environnementaux (en particulier l’engravement des rivières) et de leur remédiation. Ce n’est qu’un début et il faudra approfondir ce dialogue et ces collaborations. Au-delà de l’interdisciplinarité, le CNRT Nickel et son environnement, en tant qu’agence de financement de la recherche sur le nickel en Nouvelle-Calédonie, financée par les pouvoirs publics, les industriels de la mine et les institutions scientifiques (via le temps de travail des chercheurs), a permis la mise en place d’un dialogue entre ces groupes d’acteurs, ce qui, sans naïveté ni optimisme inconsidéré, à toute de même permis une meilleure compréhension mutuelle. Là encore, le temps est la variable cruciale et, trop souvent, la ressource rare, ou rationnée.
François Rousseau, Directeur de l'Ecole des mines de Nancy
« La réussite de grands projets industriels passe aujourd’hui nécessairement par une analyse systémique du démarrage d’une nouvelle activité, et notamment la bonne prise en compte des dimensions sociétales et environnementales de ses impacts sur son territoire.  
 
En conséquence, ce type d’approche transverse devient incontournable pour les entreprises porteuses de projets, mais aussi pour la société européenne si nous ne voulons pas à renoncer à notre souveraineté. A commencer par la souveraineté minérale, largement délaissée au cours des dernières décennies au profit de la délocalisation de ses nuisances. Résultat : des problèmes environnementaux et sociétaux non résolus et une industrie aval désormais fortement dépendante d’importation de matières premières.  
 
Pour revenir à un modèle plus vertueux et plus résilient, il est indispensable de savoir « exploiter mieux ». La chaire « industrie minérale et territoires » qui fédère partenaires académiques, notamment Mines Nancy, et professionnels du secteur, est une façon de s'y atteler en offrant un cadre collégial, universitaire et industriel largement transverse ».
Actualités
  Actualités de la Chaire
Les faits marquants :

Nomination d'une présidente pour le conseil d'orientation de la Chaire

Comité d'Orientation de la Chaire du 07 avril 2021.

                Lire la suite...

Actualités formations & Recherche
Bourses d'étude offertent par la chaire
            (lire la suite...) 


            o-o-o-o

PhD offer in Geosciences at Université de Lorraine, Nancy, France
 
(read more...) 
 
             o-o-o-o

Le second séminaire du cycle intitulé «
La gouvernance des projets miniers et la concertation » (Projet A) a eu lieu le lundi 29 mars 2021. Il a ressemblé une trentaine de participants autour d’une réflexion sur le « risque social ». (lire la suite...)
 

                      o-o-o-o

Ouverture des candidatures pour le MS MIRIS 
(
voir le dossier de candidature...)


Actualités des évènements
Retour sur la participation de la chaire au 69éme congrès de l'Industrie minérale du 7 au 9 octobre 2020 à Angers.
              Lire la suite ...







CONTACT

MINES ParisTech
60 Boulevard Saint-Michel, 75272 Paris
Délégation de Fontainebleau : 
35 rue Saint Honoré, 77300 Fontainebleau

Mines Nancy
Campus Artem - CS 14 234,
92 Rue Sergent Blandan, 54042 Nancy
 

Ecole nationale supérieure de Géologie 
2 Rue du doyen Marcel Roubault, 54518 Vandœuvre-lès-Nancy  

IMT Mines Alès
6 Avenue de Clavières, 30100 Alès 



ENVOYER
 
Copyright © 2020 - Tout droits réservés -
 www.industrie-minerale-territoire.fr 
 
 OPENELEMENT. TEMPLATE réalisé par  SENSODE